Premier test off road pour le nouveau V-Strom 1050 XT. - MotoTrail - Premier test off road pour le nouveau V-Strom 1050 XT.

Premier test off road pour le nouveau V-Strom 1050 XT.

Partagez cet article

Conditions du test :

  • Reco de 160 km entre l’Hérault et l’Aude.
  • Météo : ciel couvert mais temps sec. A noter qu’il a beaucoup plu la semaine précédente.
  • Types de pistes empruntées : le plus souvent empierrées, terre battue, bordure de vigne et sous-bois donc dans l’ensemble une palette assez complète.

Je pars avec mes amis. Stéphane qui roule en africa twin, il a pris pour l’occasion la vieille mais a aussi la 1100 dans le garage, et Olivier qui normalement roule en 800 gs mais qui, par la faute d’une batterie récalcitrante, roulera avec mon 701 enduro.

Ils sont l’un comme l’autre expérimentés et ils auront tous deux l’occasion d’essayer le V-Strom.

Nous commençons par une piste large terre battue cailloux sans difficulté.
Le rythme est cool et me permet de constater que debout je me sens vraiment à l’aise, ma position est naturelle et me convient.
Les commandes tombent bien et en l’état je n’ai pas l’impression qu’il me faille changer quelque chose.

La moto offre une sensation de sécurité au niveau du train avant (sans doute liée à la roue en 19).

Le moteur est souple (je suis en mode B) mais pt’être un peu trop souple pour moi et je passe rapidement en mode A avec une réponse plus franche au niveau de la poignée des gaz.

J’ai au départ réglé le traction control sur la version soft mais à mon goût il intervient quand même trop et je préfère l’enlever.
J’ai évidemment gardé l’ABS (puisqu’il n’est pas déconnectable, j’ai juste mis la position 2 pour qu’il soit moins intrusif) et sur cette piste,

Honnêtement, j’ai la banane sous le casque !

La moto me semble légère et se dirige au doigt et à l’œil.

Nous attaquons ensuite une piste… enfin un chemin qui lui est nettement moins roulant. Beaucoup plus accidenté, composé d’ornières, de gros cailloux de-ci de-là, des herbes plus ou moins hautes qui cachent par moment les pièges en dessous et tout ça avec des portions glissantes !

Donc là, nous y sommes !

Première constatation le V-strom est un rail sur les portions glissantes (là où, avec mon 1190 par exemple je me serai méfié, j’ai un véritable sentiment de sécurité et j’y vais franchement sans arrière pensée).

Bon… une grosse flaque avec de la vase au fond dans laquelle il est vrai je suis rentré de façon un peu trop optimiste va rapidement me rappeler au bon souvenir d’Isaac Newton et voici la V-Strom baptisée !

Oui j’en profite en même temps pour tester les équipements de chez SW-MOTECH France !

Nous continuons ce chemin qui enchaîne les trous et les bosses.

Dans ce contexte, le sabot alu est très rapidement rentré en jeu et il me faut passer plus doucement afin que ce dernier ne touche pas trop souvent.
Il est certain qu’avec n’importe quel autre trail, dans ces conditions, la sanction sera la même mais dans le cas du V-Strom qui est très bas d’origine la sanction arrive très tôt.

Très honnêtement ce type de chemin n’est clairement pas fait pour le V-Strom mais, en prenant les précautions qui s’imposent, il est quand même capable d’y passer !

Nous enchaînons ensuite sur des pistes beaucoup plus larges et roulantes.
Elles sont sèches mais les grosses pluies de la semaine dernière laissent apparaître quelques bonnes grosses portions de cailloux saillants.

Mes amis sont chauds et commencent à rouler sur un rythme plus soutenu.

J’aime ce genre de piste mais je me rends compte qu’avec l’augmentation du rythme, le réglage d’origine des suspensions n’est pas approprié.

Les suspensions talonnent très vite et le sabot sur les grosses compressions vient toucher le sol.Il me faut donc revoir mon style de conduite car le mode un peu bourrin qui allait très bien au 1190 sur ce type de piste ne convient pas du tout à la 1050 !

Il me faut donc pour garder le contact avec mes amis choisir mes trajectoires, adapter ma vitesse sur les portions les plus accidentées, et accompagner la moto sur les compressions.

Même si il va me falloir travailler sur le réglage des suspensions, il est clair que la vitesse sur ce type de terrain ne convient pas au 1050.
Cette fois ce n’est pas le terrain qui ne convient pas mais il faut composer et adapter sa vitesse pour qu’elle passe sans problème.

J’ai aussi pu me rendre compte avec l’augmentation du rythme que l’ABS même sur la position 2 est très présent.
Là aucune question à se poser, il faudra faire avec, et, dans les cas d’urgence la bonne vieille méthode du rétrogradage offre une alternative convenable grâce au gros bicylindre et son frein moteur.

Dans les +, même en augmentant le rythme le 1050 est toujours aussi maniable et le train avant précis.

Nous enchaînons ensuite des pistes beaucoup moins piégeuses et là plus aucun problème pour le 1050, le V-Strom est rivé au sol et le moteur est simplement jouissif ! Ce bicylindre est juste au top question sensation.

Elle passe les épingles avec une facilité déconcertante et l’on ne sent pas ses 234 kilos.

Comme dans toute reconnaissance qui se respecte nous avons fait de nombreux demi-tours.
C’est sans aucun doute une des motos les plus cool pour ce genre d’exercice !
Elle a un très bon rayon de braquage et permet de mettre les pieds bien à plat ; ce qui, pour les manœuvres à l’arrêt est quand même beaucoup plus simple et même dans des endroits compliqués en devers par exemple elle met en confiance.

C’est d’ailleurs ce que j’aime sur cette moto, ce sentiment de confiance qu’elle procure : là où un 1190 me donnerait des sueurs froides dû au poids et à sa hauteur, le V-Strom est presque « facile ».

A l’inverse là où la 1190 est dans son élément, le 1050 demandera à être emmené de façon plus soft.

Nous avons enchaîné des pistes différentes tout au long de la journée et ce que je retiens c’est qu’elle passe partout ! (même si il faut pour cela adapter sa vitesse de passage).

Elle a les défauts de ses qualités.

Ce qui fait que son train avant est hyper sécurisant quelque soit la piste (et même sur les portions glissantes où il offre une sensation de légèreté), devient, quand le rythme est trop rapide (sur des portions un peu trop accidentées) un handicap.

Cette journée n’était que la première d’une longue série.

Je suis parfaitement conscient que les mêmes constatations concernant la garde au sol et le débattement des suspensions reviendront sans cesse et qu’il va me falloir changer ma façon de conduire mais j’ai hâte de l’emmener rouler dans les grands espaces où je pourrai profiter pleinement des qualités qu’offre cette moto.

L’avis d’Olivier 

j’ai eu le privilège d’essayer le 1050 Vstrom , tout d’abord le look et la couleur : blanc orangé/rouge , très réussi , un peu vintage et le feu carré lui donne un style plus flatteur que l’ancienne version ,
on y va ,centre de gravité super bas , donc pour s’asseoir et débéquiller , super simple

Guidon , cale pieds , c’est naturel , moteur , ça ronronne gentiment différent mode de conduite , pour ma part , une fois appréhendé l’accélérateur , la moto réagit bien , un doute autour de 3500 tour minutes où un  » creux apparaît » ou effet turbo après , très facile à gérer et conduire , que ça soit sur route ou piste

Ceux qui critiquerons la garde au sol , ben , quel usage de votre moto ? balade ou rallye , si balade , vous roulez tranquillement sans se traîner en toute sécurité et confort , elle remplit le job , si rallye , oui ça doit talonner , toucher , mais l’esprit gros trails est il là ?

Pour conclure , je dirais

Look très sympa , assise confortable entre selle et guidon , prise en main immédiate , assis ou debout , équipement complet

En point négatif :

Un trou à l’accélération entre 3 et 4 000 t/mins , debout visibilité du tableau de bord très réduite et je demande à voir en duo chargé avec béquille centrale si ça touche pas à chaque virage un peu forcé sinon , pour un usage normal/dynamique , ça semble bon , hyper sport ou pur trail , un peu limite , mais à voir voilà mon point de vue d’une moto tout à fait correct !

L’avis de Stéphane 

Il y a un paquets d’années déjà, j’ai possédé un DR750, gros mono ayant des allures moto de rallye, c’est avec elle que j’ai fait mes premières piste en off-road. Quand j’ai vu la nouvelle Vstrom 1050, j’ai tout de suite vu la similitude de la ligne. Un revival d’un des trails mythiques de l’époque. La ligne du DR Big est similaire, certes, mais la modernité est bien là: Moteur bi-cylindre, cockpit avec grand écran, feux leds et toutes les assistances au pilotage.

J’ai essayé cette nouvelle Vstrom en Off-road et je dois dire qu’elle fait le job.

En fonction du terrain et du style de pilotage, le changement de cartographie moteur est très simple et efficace. Suivant le mode, la poignée de gaz est plus ou moins réactive.

Dans les parties plus trialisantes il vaut mieux augmenter la progressivité des gaz pour éviter d’envoyer la patate dans les roues. On le sent bien quand, sur ce même mode, on accélère. La puissance est très progressive jusqu’à une espèce de coup pied au cul quand on monte dans les tours.

La position de pilotage est confortable, debout, les genoux se calent parfaitement sur les cotés du réservoir. Le poids est bien réparti et le centre de gravité est bas, ce qui rend la moto très maniable.

Un petit bémol sur la garde au sol qui rend obligatoire la mise en place d’un bon sabot moteur. Sur les dépressions, j’ai senti à plusieurs reprise le dessous de la moto cogner sur les cailloux. En Off-road, le sabot en alu SW Motech qui équipait ce modèle est obligatoire.

Sans à priori au départ de cet essai, j’ai été surpris de l’efficacité de cette nouvelle Vstrom.


Laisser un commentaire